NE NOUS INDUIS PAS EN TENTATION ET DELIVRE NOUS DU MALIN

6 mai

503656-bear-trap

La sixième et dernière requête de Jésus est « ne nous induis pas (ou Garde nous de céder) en tentation, mais délivre-nous du malin. »
Au travers de cette requête, Jésus nous permet de prier afin que nous ayons la force de résister à la tentation.

Un élément à rappeler au sujet de la tentation est qu’elle n’est pas péché. Elle se définit comme une « incitation au péché ». Il est correct de dire que la tentation conduit au péché lorsque nous succombons mais elle n’est pas péché. Il est donc important de ne pas se culpabiliser d’être tenté et comprendre que nous le serons jusqu’à la fin de notre vie. Nous ne combattrons pas toute notre vie les mêmes tentations mais nous en aurons toujours.

Conscients de cet enjeu et de ce combat, nous devons prier si nous voulons triompher de la tentation et nous garder pur, afin que lorsqu’elle arrive, nous puissions résister et la surmonter.
N’hésitons pas à venir tels que nous sommes devant Dieu et à prier afin de ne pas succomber aux tentations qui nous sont propres. N’ayons aucune crainte, Dieu nous connait mieux que nous-mêmes et Son désir est de nous aider.

Dans Hébreux 4/15-16, nous lisons

Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur (Jésus) qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Face à nos tentations, Dieu n’est pas accusateur mais compatissant. Il désire nous secourir, nous faire miséricorde. Ne nous privons pas de la grâce de Dieu et prions afin de résister à la tentation.
Jésus a fait une puissante prière de protection à notre égard en disant « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal » (Jean 17/15).

La dernière requête évoque deux prières complémentaires qui nous permettrons de résister aux dangers et attaques auxquels nous pouvons être exposés. Elle concerne

  • Les attaques intérieures : la tentation
  • Les attaques extérieures : les ruses du diable

Après avoir mentionné notre besoin de prière face à la tentation, Jésus nous dit de prier « délivre-nous du malin ».
Le diable va tout faire pour détruire notre appel, se mettre en travers de la destinée de Dieu pour notre vie. La bonne nouvelle est que nous combattons un ennemi vaincu et que par la prière, nous prenons notre position de victoire.

Dans 2 Corinthiens 2/11, l’apôtre Paul nous enseigne qu’il est important que nous ne soyons pas ignorants des desseins (des stratégies, des méthodes) du diable afin qu’il n’ait pas l’avantage sur nous.
Il est primordial de connaitre les stratégies de l’ennemi afin de pouvoir prier efficacement contre elles et ainsi avoir la victoire.
Lorsque nous prions « délivre nous du malin » nous prions

  • Délivre nous des pièges du malin
  • Délivre nous des mensonges du malin (ce thème sera développé dans la prochaine pensée)

Délivre nous des pièges du malin

Une des stratégies du diable consiste à utiliser nos faiblesses pour nous faire succomber à la tentation et pécher.
Le Psaume 91 débute ainsi « Celui qui demeure sous l’abri du Très–Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant. Je dis à l’Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie ! Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur. »

L’oiseleur était la personne qui attrapait des oiseaux au moyen d’un filet ou d’un autre piège. Des commentateurs nous expliquent qu’il pouvait étudier sa proie pendant un long moment pour connaitre ses habitudes, son environnement, et tous les détails qu’il jugerait utiles afin de lui tendre un piège sur-mesure. C’est exactement ce que fait l’ennemi de nos âmes, le diable.
Il essaie d’utiliser nos faiblesses, notre environnement, nos habitudes, nos penchants, nos désirs afin de nous tendre un piège sur-mesure et que nous tombions dans le péché.

Conscients de ce dessein diabolique, nous devons prier « Seigneur, délivre moi du malin. Que je sois en mesure de discerner ses attaques, ses pièges. Ne permet pas qu’il trouve en moi une faille qu’il pourra exploiter sans que je m’en aperçoive. » Si, au travers de la prière, nous demeurons à l’abri du Très-Haut et faisons de Dieu notre refuge, Dieu nous délivrera des filets de l’oiseleur.