La foi du champion de Dieu (1)

16 avr

Hebrews_11_1_foi_est_une_assurance

Il y a ce portrait saisissant, alors que les deux armées sont l’une en face de l’autre et que David, envoyé par son père, arrive au campement.
Dans 1 Samuel 17:20

Quand il arriva au campement, l’armée était en train de prendre position pour la bataille en lançant le cri de guerre.

L’armée était en position, lançait les cris de guerre annonçant le futur combat mais dès que le géant sortait, tout le monde s’arrêtait à son apparence et plus personne n’osait le combattre.
Quelques versets plus loin nous lisons, 1 Samuel 17:24 « A la vue de cet homme, tous ceux d’Israël s’enfuirent devant lui et furent saisis d’une grande crainte. »
Nous vivons parfois la même chose. Nous nous fortifions ensemble dans nos réunions, nous nous plaçons en position de combat, nous chantons des chants de victoire en proclamant que l’ennemi a perdu et qu’il est sous nos pieds, que Christ et vainqueur mais quand vient le moment où le géant sort, nous prêtons attention à chacun de ses aspects, nous sommes terrifiés et nous perdons en quelques minutes toute l’assurance que nous avions.

Dans ce texte, il y a un contraste entre un peuple entier qui a l’apparence extérieure d’une armée avec des soldats pratiquant les rites extérieurs et un jeune homme, berger de métier qui n’a rien d’un soldat mais qui aura l’audace et la foi pour affronter le géant afin qu’il arrête d’insulter le Dieu vivant.
Quand Goliath s’avancera pour lancer un défi à Israël en combat singulier, David va tenir un langage différent et va tenir un langage de foi. Il va dire « Qu’est donc cet incirconcis de Philistin, pour oser insulter les bataillons du Dieu vivant ? » David tenait un tel langage de foi que nous lisons dans 1 Samuel 17:31 « Ce que David avait dit se propagea rapidement et parvint jusqu’aux oreilles de Saül qui, aussitôt, le fit venir. »

Devant Saül, David dira au verset suivant « Que personne ne perde courage à cause de ce Philistin ! Moi, ton serviteur, j’irai et je le combattrai ».
Saül, qui, comme tout le peuple avait perdu son regard vers Dieu, cette foi qui accomplit l’impossible car elle a les yeux fixés sur Celui qui est l’invisible essaiera d’arrêter David en lui répondant « Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse. »
Mais David dont la foi avait été façonnée, développée et fortifiée dans le secret de son intimité avec Dieu répondra

34 Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, 35 je courais après lui, je le frappais, et j’arrachais la brebis de sa gueule. S’il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. 36 C’est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l’ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l’un d’eux, car il a insulté l’armée du Dieu vivant. 37 David dit encore : L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l’Eternel soit avec toi !

Contrairement à tout le peuple, la foi de David était entière envers Dieu.
La foi de David prenait naissance dans ce qu’il décidait de regarder. Sa foi était entière car son regard était fixé non sur Goliath mais sur Dieu. Il ne s’est même pas arrêté pour considérer qui était son adversaire, sa taille, ses armes, son historique de victoire ou quelles expéditions militaires il avait déjà mené. Son regard était fixé sur une seule personne « l’Eternel », et sa devise était « l’Eternel qui m’a délivré me délivrera ».
La foi naît d’un choix. C’est le choix de ne pas regarder au géant pour concentrer notre regard, notre espérance et notre foi sur Dieu.
David est allé se battre en ne regardant qu’à un seul endroit et à une seule personne : Dieu, l’Eternel, le Seigneur des armées célestes.
Quand David se retrouva en face Goliath et que l’excitation était à son comble sa foi était entièrement tournée vers Dieu.

Quand Goliath se moquera de lui et le méprisera le voyant jeune et venir sans armure, avec un bâton de berger, une fronde et une pierre, David répondra 1 Samuel 17:45

Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot, et moi je marche contre toi au nom de l’Eternel, le Seigneur des armées célestes, le Dieu des bataillons d’Israël, que tu as insulté. 46 Aujourd’hui même, l’Eternel me donnera la victoire sur toi, je t’abattrai, je te couperai la tête et, avant ce soir, je donnerai les cadavres des soldats philistins à manger aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages de la terre. Alors toute la terre saura qu’Israël a un Dieu. 47 Et toute cette multitude assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que l’Eternel délivre. Car l’issue de cette bataille dépend de lui (Car la victoire appartient à l’Eternel) , et il vous livre en notre pouvoir.

Au travers de sa déclaration, on voit toute la foi et l’assurance de David. Il dira « Aujourd’hui même, l’Eternel me donnera la victoire sur toi, je t’abattrai, je te couperai la tête et, avant ce soir, je donnerai les cadavres des soldats philistins à manger aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages de la terre. » Cette assurance qu’avait David n’était pas de l’orgueil ou de la prétention. Elle était le reflet de sa confiance en Dieu. Dans sa déclaration à Goliath, à quatre reprises David parle de « l’Eternel, le Seigneur des armées célestes « , « l’Eternel me donnera la victoire », « l’Eternel délivre », « Car l’issue de cette bataille dépend de lui (Car la victoire appartient à l’Eternel) , et il vous livre en notre pouvoir ».
La foi de David était fixée sur Dieu et ses « armées célestes ». David voyait dans l’invisible les armées célestes qui étaient au commandement de Dieu et qui étaient prêtes à porter la pierre qu’il allait lancer pour que Goliath soit terrassé.

Parce qu’il s’appuyait sur Dieu et dépendait totalement de Lui, par sa foi, Dieu a accordé la victoire et en un coup, Goliath a été terrassé.
Dans le domaine de la foi, il est important de comprendre que notre regard négatif ou positif a un impact direct et équivalent sur notre foi. Dans Hébreux 11:1, il est dit que « La foi est une façon de posséder ce qu’on espère, c’est un moyen d’être sûr des réalités qu’on ne voit pas. » La foi requiert que nous regardions aux réalités célestes et invisibles, à Dieu et « ses armées célestes » que nous ne voyons pas. Si nous prêtons attention à ce que notre regard voit, si nous nous arrêtons aux aspects du géant, nous tuons notre foi. Mais si comme David, nous regardons dans l’invisible au Seigneur des armées célestes, nous obtenons la victoire.

Dieu est prêt à nous accorder la victoire contre nos géants à partir du moment où nous décidons de placer notre foi en Lui et de regarder non sur le géant et ses caractéristiques, mais sur Dieu, le Seigneur des armées célestes qui nous donne la victoire.
Une prière pour aujourd’hui : « Merci Seigneur car Tu nous révèles comment vaincre le géant. Tu assures la victoire à ceux qui marchent par la foi. Comme David, je veux tenir un langage de foi. Renouvelle et Augmente ma foi. Seigneur, je veux Te déclarer que mon espérance est en Toi et que pour la victoire je décide de ne regarder qu’à Toi et à tes armées célestes dans l’invisible. L’issue de cette bataille ne dépend que de Toi. Amen. »