JE SUIS

24 sept

Exodus3.14-660x371

Lorsque Dieu a appelé Moïse pour délivrer Son peuple de l’esclavage en Egypte, Moïse va poser une question intéressante à Dieu. Exode 3/13 « Moïse dit à Dieu : J’irai donc vers les enfants d’Israël, et je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai je ?  » .

La réponse de Dieu est la suivante. Exode 3/14 :

Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suis. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël : Celui qui s’appelle « je suis » m’a envoyé vers vous.

Le contexte de cette révélation est un des pires de l’histoire du peuple Hébreux car ils sont dans une servitude extrême. Dès le début du livre de l’Exode, nous lisons au sujet des conditions dramatiques de ce peuple « Et l’on établit sur lui des chefs de corvées, afin de l’accabler de travaux pénibles. (…) Alors les Egyptiens réduisirent les enfants d’Israël à une dure servitude. Ils leur rendirent la vie amère par de rudes travaux en argile et en briques, et par tous les ouvrages des champs : et c’était avec cruauté qu’ils leur imposaient toutes ces charges » (Exode 1/11-14).

Les circonstances sont très difficiles. Elles rappellent nos circonstances accablantes auxquelles nous pouvons être confrontés et qui laissent place à souffrance et amertume. Elles représentent tous types d’esclavage auxquels nous pouvons être confrontés : angoisse, culpabilité, mal-être, péché, comportement colérique… qui ne nous permettent pas d’être et d’agir librement comme nous le souhaiterions.

Dans ce contexte là, Dieu n’est pas resté insensible mais a eu compassion de Son peuple. Dans Exode 2/23-25, nous lisons « les enfants d’Israël gémissaient encore sous la servitude, et poussaient des cris. Ces cris, que leur arrachait la servitude, montèrent jusqu’à Dieu. Dieu entendit leurs gémissements, et se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. Dieu regarda les enfants d’Israël, et il en eut compassion ». De la même façon que pour le peuple Hébreux, Dieu entend chacun de nos cris. Son cœur souffre de voir nos circonstances difficiles, Il est ému de compassion et cette compassion va le conduire à appeler Moïse pour être l’instrument de cette délivrance.

Dans Exode 3/7-10, « L’Eternel dit : J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte, et j’ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Egyptiens, et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, (…) Voici, les cris d’Israël sont venus jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font souffrir les Egyptiens. Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Egypte mon peuple, les enfants d’Israël ».

Dans ce contexte troublé, tandis que Moïse va Lui demander quel est Son nom, Dieu va lui répondre « Je suis ».

Il y a un commentaire du pasteur David Wilkerson que j’ai lu et qui m’a profondément marqué et a totalement changé ma compréhension de ce texte : « Un jour j’ai demandé au Saint-Esprit de me donner une description de la foi qui tienne en un paragraphe pour que les pensionnaires de notre centre Teen Challenge puissent comprendre. J’avais dans ma bibliothèque un livre de trois cents pages sur la foi mais je n’y avais jamais rien compris. (Je ne pense pas que son auteur y comprenait quoi que ce soit non plus). Moïse a posé la même question à Dieu: « Qui es-Tu Seigneur ? Que dirai-je de Toi au peuple ? » Pour se décrire, Dieu répondit à Moïse : « Moïse, dis au peuple JE SUIS m’a envoyé » (voir Exode 3:14). Pour la pensée moderne, c’était là une description vraiment simpliste. Pouvez-vous imaginer Moïse répondant au peuple qui demandait : « Qui t’a envoyé ? » « JE SUIS m’a envoyé ! »? JE SUIS qui, exactement ? Dieu nous demande : « De quoi as-tu besoin ? De délivrance ? Alors JE SUIS délivrance. JE SUIS tout ce dont tu as besoin ». Pour nous, la foi consiste à entendre Dieu déclarer : « JE SUIS » et à répondre dans notre vie « IL EST ». La foi accepte tout simplement la description que Dieu donne de lui-même. (…) Avoir la foi, c’est prendre Dieu au mot parce qu’Il est fidèle ! ».

Autrement dit, pour tous nos besoins, nous pouvons trouver en Dieu la réponse. Dieu est notre grand « Je suis ». Quel est votre besoin ? La paix ? Dieu dit « Je suis ta paix ». Une plus grande sainteté ? Dieu dit « Je suis ta sainteté ». Une victoire ? Dieu dit « Je suis ta victoire ». En face d’un de vos problèmes en mathématiques, français ou toute autre matières, Dieu dit « Je suis l’intelligence et la sagesse ». Comprenez-vous l’impact de ce « Je suis » ? Dieu annonçait ici à Son peuple qu’en toutes circonstances, Il serait la réponse, le « Je suis » qui répondrais à tous leurs besoins.

Non seulement, Dieu a délivré Son peuple de l’emprise de l’Egypte mais par la suite Il ne lâchera jamais Son peuple et sera présent tout au long de son histoire en se révélant comme « l’Eternel qui te guérit (te restaure) » (Exode 15), « l’Eternel ma bannière » (Exode 17), « l’Eternel mon berger » (Psaume 23), « l’Eternel paix » (Juges 6), « l’Eternel notre justice » (Jérémie 23) en fonction de leur besoin.

Quelle que soit votre histoire, emparons-nous de cette révélation du « Je suis » de Dieu et appliquons là à nos circonstances. Proclamons à Dieu qu’ « Il EST » LA REPONSE à nos besoins. Cette attitude de foi et de chercher auprès de Dieu notre secours, produit le surnaturel et la délivrance.